DU « PARLER VRAI » À L’ÊTRE VRAI : UNE HISTOIRE D’ACCEPTATION.



FRANÇOISE DOLTO UTILISAIT L’EXPRESSION “PARLER VRAI” POUR DÉSIGNER UNE COMMUNICATION EMPREINTE DE VÉRITÉ, DE SINCÉRITÉ ET DE SIMPLICITÉ. ELLE APPELAIT L’ENFANT “ÊTRE DE LANGAGE”, POUR SOULIGNER SON APTITUDE À LA COMMUNICATION DÈS SES PREMIÈRES HEURES.

Concrètement, qu’est-ce que le “parler vrai” ? C’est simplement être honnête avec l’enfant, en lui expliquant les vérités qui le concernent (exceptions faites du Père Noël et de la Petite Souris !). C’est lui parler de la pluie et du beau temps comme de la mort et de la perte.

Évidemment, chacun pratique un “parler vrai” qui lui correspond. Nous n’avons pas tous le même rapport à la mort, ou à la sexualité : les sujets sensibles selon les sociétés.

Sensible. Il est sans doute là le mot clé du “parler vrai”.

Chaque société possède ses sensibilités et ses tabous, en général et encore plus quand il s’agit de les lier à l’enfance. Par exemple, en France, la mort et la maladie sont des sujets sensibles. Nous les reléguons souvent à l’intimité voire au secret. Nous y sommes beaucoup moins confrontés au XXIème siècle que par les temps passés. Nous les avons “maîtrisé” et, à ce titre, l’éternel incontrôlable doit rester le plus invisible possible (on meurt toujours à la fin, mais on ne veut pas trop le voir, d’où les établissements spécialisés dans l’accueil du 4ème âge, par exemple). Nous n’en parlons pas, ou peu, entre adultes.

Alors encore moins avec les enfants, que nous cherchons à “protéger”, plein de bonne volonté que nous sommes. Et, finalement, en les protégeant tant enfant, que leur arrive-t-il adulte ? La Vérité, en béton armé tel un mur dressé. Il sert à ça, le “parler vrai”, à ne jamais dresser de murs sur la route de nos enfants. Tout comme chacun des apprentissages (la marche, la motricité, la lecture ou les mathématiques…), les émotions, la perte ou l’angoisse se découvrent. L’adulte n’est pas un protecteur, il est un accompagnateur bienveillant et plein d’empathie, qui aide l’enfant à découvrir ces notions, à son rythme, selon les aléas de la vie.

Le “parler vrai”, ce sont des mots simples et clairs, adaptés à la compréhension de l’enfant qui écoute, qui boit même, pour l’aider à apprendre à gérer ce qu’il vit, d’une séparation le matin avec maman au décès de papy.

N’ayez craintes pour ces “pauvres petits êtres fragiles” qu’ils ne sont pas. Ils sont tous forts et plein de courage. A nous de les aider à le rester en leur donnant les bonnes clés. Les émotions dites négatives existent. Les négliger pendant la petite enfance, où les fondations de la personnalité se posent, ça revient à ne pas prévoir les fenêtres sur les plans d’une maison et creuser à l’arrache des ouvertures une fois les murs montés. Cela peut toujours être rattrapé, mais c’est toujours plus compliqué.

Dans la course au bonheur suprême, 7ème ciel promis à qui veut bien y croire assez fort, nous avons décidé de bannir les émotions et les ressentis négatifs, des plus simples aux plus durs. Colère, tristesse, ennui, angoisse… Ce sont devenus des maux plus que des mots, à traiter à coup de Prozac ou d’applis à gogo sur son smartphone. Les émotions négatives nous définissent pourtant au même titre que les émotions positives, et ne sont ni plus ni moins respectables.


Ces émotions ont toutes un objectif précis. Elles nous indiquent une réaction ou un besoin face à une situation. Ce sont des sens qui s’aiguisent, pour devenir utiles, et non handicapants. Être en colère, c’est bien, et c’est utile. Cela nous indique un besoin de changement et permet d’évacuer le stress-réponse (le stress ressenti à l’instant de l'événement qui a occasionné l’émotion). Il faut juste savoir comprendre cette émotion et l’accepter. Cette acceptation conduit à la maîtrise : je suis en colère, je l’exprime correctement (pas en tapant dans les murs ou en cassant tout ce qui est à ma portée) et je trouve une réponse (cette personne est insultante, je ne la fréquenterai plus).

Et là, on ne vous parle même pas de l’ennui, berceau de la créativité !

Si au lieu de fuir ses émotions, on les apprivoise, on devient soi. On devient vrai. Et l’être vrai conduit au parler vrai, et vice versa.

#parlervrai #dolto #langage #verbalisation

  • Facebook
  • Twitter
  • La chaîne YouTube Eveil & Coton
  • Instagram

© 2020 par Eveil & Coton. Créé en 2016 avec Wix.com

RM et RCS de Colmar - SIREN 828 339 333