MAM : LA PETITE NOUVELLE QUI A TOUT D’UNE GRANDE !



La Maison d’Assistant(e)s Maternel(le)s, ou MAM, est un regroupement de 2 à 4 assistant(e)s maternel(le)s accueillant jusqu’à 16 enfants de 3 mois à 6 ans. Ils ou elles travaillent ensemble dans un local entièrement dédié aux enfants.

Régie par la loi du 9 juin 2010, la MAM répond à plusieurs objectifs : ● rompre l’isolement des assistant(e)s maternel(le)s, ● augmenter la qualité d’accueil et de sécurité, ● faciliter la création de nouvelles structures d’accueil, grâce à un cadre légal plus souple (qu’une crèche).

1275 MAM ont déjà ouvert leurs portes sur le territoire, et pas moins de 1430 projets sont en cours de création. Autant dire que la croissance de cette petite nouvelle est plutôt rapide (n’oubliez pas que les habitudes ont la dent dure en France !).

Et ce n’est pas pour rien ! Malgré un contexte légal plus léger qu’une crèche, les obligations en matières de sécurité, d'aménagement des lieux de vie ou des qualifications du personnel apportent un aspect plus professionnel par rapport à l’accueil à domicile lambda des assistant(e)s maternel(le)s. Quand on rentre dans une MAM, on ne rentre plus “chez quelqu’un”, on pénètre dans le monde des enfants accueillis.

Charlotte, 30 ans, en création d’une MAM avec deux collègues : "Cela permet [l’accueil en MAM] beaucoup de choses, comme par exemple rompre l'isolement des assistantes maternelles, avoir un espace vraiment dédié aux enfants sans y mêler vie personnelle et professionnelle. Être plusieurs permet aussi de mieux gérer les risques (accidents, malaise d'une assistante maternelle...), d’avoir plus de temps pour faire plus d'activités en travaillant en groupes, en respectant les âges et rythmes des petits plus facilement... ".

La MAM, c’est un lieu d’accueil collectif, mais à taille humaine. Niveau encadrement, chaque assistant(e) maternel(le) possède un agrément pour 4 enfants maximum. En crèche, les quotas sont d’un professionnel pour 5 enfants ne marchant pas, et 1 professionnel pour 8 marcheurs…

Le seul bémol qui demeure, c’est le temps de travail. Et oui, un(e) assistant(e) maternel(le), à son domicile ou en MAM, ça ne connaît pas les 35 heures ! De nombreuses heures de travail, c’est une fatigue supplémentaire, il ne faut pas se leurrer. En crèche, les professionnels sont soumis au 35 heures (en oubliant les heures supp’, plutôt nombreuses).


Alors, oui. La MAM, elle a (presque) tout d’une grande ! C’est aussi une formidable reconnaissance pour le travail des assistant(e)s maternel(le)s, qui se professionnalisent de plus en plus et peuvent ainsi confirmer sans complexe leur place dans le cercle un peu fermé des professionnels de la petite enfance. Pour la note historique, n’oublions pas que jusqu’en 1992, les assistantes maternelles (il n’y avait que des femmes) ne payaient de cotisations retraite que sur une infime portion de leur travail réel, leur emploi étant considéré comme secondaire ou d’appoint, et allant de paire avec le “vrai” travail de Monsieur…

LES DATES CLÉS DU MÉTIER D’ASSISTANT(E) MATERNEL(LE) :

  • 1977 : création du statut d’assistante maternelle.

  • 1992 : revalorisation des cotisations et salaires.

  • 2005 : professionnalisation et valorisation des formations.

#mam #maisondassistantesmaternelles #assistantmaternel #assistantematernelle #structurepetiteenfance

  • Facebook
  • Twitter
  • La chaîne YouTube Eveil & Coton
  • Instagram

© 2020 par Eveil & Coton. Créé en 2016 avec Wix.com

RM et RCS de Colmar - SIREN 828 339 333