Vitamines, fluor et autres suppléments… Que savons-nous vraiment ?


TROP OU PAS ASSEZ ...

Tous les ans, nous avons droit à nos lots de scandales sanitaires et de révélations en tout genre. De nos places de consommateurs, cela n’a rien de rassurant. Parents ou professionnels, nous sommes tous en droit de nous poser de sérieuses questions. J’ai entamé cette enquête avec aucune intention de parti pris, visant la plus grande objectivité. Ceci-dit, cela ne reste que mon point de vue. Je ne peux qu’inviter chacun à s’informer pour se forger sa propre opinion.

Uvéstérol D : la goutte d’huile qui fait déborder le vase ? Nous connaissons tous ce médicament, donné généreusement et automatiquement aux bébés dès la naissance. Quand il a fait les gros titres, nous avons certainement tous ressenti la même crainte. Revenons sur ce drame : un nourrisson de 10 jours est mort immédiatement après l’administration d’une dose d’Uvestérol D, le 21 décembre 2016.


La vitamine D Pour comprendre ce qui s’est passé, nous devons tout d’abord savoir quelle importance a cette fameuse vitamine. Toutes les vitamines sont importantes, et les carences engendrent des maux plus ou moins gros. La vitamine D, qui n’a de vitaminé que le nom puisque c’est en réalité une hormone, a un rôle crucial dans la construction osseuse, interagissant avec le calcium et le phosphore. Les lobbies laitiers nous l’ont assez chanté : le calcium, et donc la vitamine D, c’est important pour les os. Ça le rend forts et solides. La vitamine D nous provient naturellement du soleil (80% de nos besoins), et de certains aliments, comme les poissons gras. Il est très difficile de savoir précisément de quelle quantité de vitamine D nous avons besoin. J’ai cherché partout, et nulle part je n’ai trouvé le même chiffre. Du blog bio aux publications officielles d'institutions gouvernementales, tous se contredisent. J’ai donc sélectionné une réponse qui paraît vraisemblable et d’une source que j’espère digne de confiance : l’Académie Française de Médecine préconise 800 à 2000 UI par jour selon l’âge (UI, Unité Internationale). Sachant que le surdosage est soit-disant dur à atteindre, contrairement à d’autres suppléments (que nous aborderons plus loin), il apparaît comme évident de prendre sa petite dose de soleil liquide. Surtout qu’il semblerait, selon l'Étude Nationale Nutrition Santé, que 80% des français seraient légèrement carencés en vitamine D (les carences sévères demeurant rares : 5%). Ce n’est pas la vitamine D qui serait en cause dans le drame du 21 décembre, mais la présentation du produit, très gras. Cet aspect graisseux entraînerait des fausses-route, et donc des problèmes d’origines respiratoires. N’ayez donc crainte, d’autres marques proposent aussi leurs vitamines soleil, et aucun problème ne semble être apparu.

Pourquoi l’Uvéstérol D est-il gras ? Pour la bonne et simple raison que la vitamine D (la vitamine D3, devrions-nous préciser, d’origine animale - l’autre vitamine D, soit la D2, est d’origine végétale et est difficile à se procurer, même sur Internet), est liposoluble : elle ne se dissout pas dans l’eau, mais dans un liquide huileux. Pourquoi les alternatives des autres fabricants sont-elles moins grasses ? Je ne suis pas en mesure de vous le dire. Sont-elles tout de même efficaces ? Je l’ignore également.

Et les autres suppléments ? Je demeure extrêmement sceptique, autant sur la vitamine D que sur les autres suppléments. Et je ne peux m’empêcher de faire le rattachement avec le fiasco du fluor. Si vous n’avez pas vécu les années 90, ou si vous avez tout simplement loupé le coche, je vous résume brièvement. Il a atteint son apogée dans les années 90, où bon nombre d’enfants se voyait forcé d’avaler quotidiennement un petit cachet rond et blanc, sorti d’un joli tube rose. Tous les produits étaient bon à supplémenter en fluor : eau potable ou minérale, dentifrices et autres soins de bouche, laits, sel de table, insecticide, bactéricide… La liste était extrêmement longue. La liste est toujours longue. Finalement, il s’est avéré que le fluor n’est pas si bon que cela. Il est même dangereux, et a la fâcheuse tendance à s’accumuler, se rendant lui même à chaque ingestion plus toxique. Vous savez ce qui est le moins drôle ? C’est que, depuis des décennies, le corps scientifique sait que le fluor n’a qu’une infime efficacité quand il est consommé par ingestion. Pourtant, nous en trouvons toujours dans nos produits d’usage courant, aujourd’hui, en 2017. Le fluor, un fiasco reconnu mais à peine médiatisé. Nous, nous le consommons, encore et toujours, aveuglément. Vous n’êtes pas convaincu de la toxicité du fluor ? Je peux le comprendre. Nous le laissons ingérer à nos enfants, sans même nous en rendre réellement compte. Sous sa forme élémentaire, le fluor est un gaz jaune pâle, fortement toxique et corrosif. Les composés de fluor ou les fluorures sont énumérés par l’Agence Américaine de Contrôle des Substances Toxiques et d’Enregistrement des Maladies (ATSDR) parmi les 20 substances (sur 275) qui constituent la menace la plus significative pour la santé humaine. Pour la note historique et géopolitique, c’est le besoin en fluor pour le traitement de l’uranium, et donc pour la production de bombes nucléaires, qui a impulsé et dynamisé sa production aux USA. Arrivez-vous à imaginer pourquoi nous en consommons tous toujours autant ? Simplement parce que ça fait du bien au marché mondial. Comprenez-vous à présent pourquoi la vitamine D m’a immédiatement fait penser au fluor ?


Supplémentations automatiques, pourquoi ? Je ne suis pas médecin. Je n’ai que les données que j'ai pu glaner. De ce que j’ai lu, la vitamine - hormone D est loin d’être aussi toxique que le fluor. J’ai tendance à le croire, pour une raison biologique : la vitamine D est naturellement recherchée par notre organisme, et intervient dans un métabolisme élémentaire et nécessaire. Ce qui n’est pas le cas du fluor. Méfaits importants écartés, se pose toujours la question des bienfaits des supplémentations. En France, il est d’usage de prescrire automatiquement de la vitamine D aux nourrissons, et ce jusqu’à l’âge d’au moins 3 ans : Uvestérol, ZymaD, Adrigyl... Les laits infantiles (auparavant appelés “maternisés”) sont tous enrichis en vitamine D. En France, même dans le Ch’Nord, nous avons la chance de vivre dans un climat tempéré et loin des pôles, avec une bonne dose de soleil (pas comme en Suède où il fait nuit durant 6 mois). Sommes-nous véritablement 80% à être carencés ? Serait-il possible que certaines supplémentations soient surtout bénéfiques pour les entreprises pharmaceutiques ?

Sources : ● France 5 "FLUOR, UN AMI QUI VOUS VEUT DU MAL": LES DANGERS DE VOTRE DENTIFRICE (2016). ● Andres Schuld - FLUOR, PROPAGANDE ET RÉALITÉ (2000). ● passeportsanté.net ● doctissimo.fr ● Le Monde ● LCI ● santé-médecine.com ● Académie Française de Médecine ● Wikipédia ● Alternative Santé ● Vidal

#santé #fluor #vitamines #vitamineD #UvéstérolD #suppléments #supplémentation

  • Facebook
  • Twitter
  • La chaîne YouTube Eveil & Coton
  • Instagram

© 2020 par Eveil & Coton. Créé en 2016 avec Wix.com

RM et RCS de Colmar - SIREN 828 339 333