Une éducatrice de jeunes enfants un peu spéciale.


EVEIL & COTON, C’EST UNE LIBERTÉ RETROUVÉE.

Vous avez été nombreux à me demander comment m’est venue l’idée de créer Éveil & Coton ou comment d’EJE (Éducatrice de Jeunes Enfants), je suis devenue chef d’entreprise. Je vous livre alors mon témoignage d’EJE reconvertie.


J’ai toujours été passionnée par les domaines de l’Enfance et de l’éducation. J’ai commencé par m’engager auprès de l’association Enfance et Partage (protection de l’Enfance) à 18 ans. Je suis entrée en école d’éduc’ à 20 ans (l’EFPP à Paris). Ça a été une révélation pour moi : autant le métier que toutes les connaissances qui pouvaient s’y rattacher. Mes domaines de prédilection : les pédagogies « nouvelles », la littérature enfantine, l’éthologie (étude des comportements animaliers), la philosophie de l’éducation ou encore la sociologie.

Dès le départ, j’avais une manière peu commune d’aborder les fonctions d’éducatrice. Cela n’a jamais été sans heurt. C’est bien connu : quand on est différent, on dérange. Mais cela a aussi été une source inépuisable d’apprentissages en tout genre et le point de départ de « bonnes » rencontres (comme le dit Cyrulnik - psychiatre français à l’origine de la notion de résilience). Lors de mes stages d’étudiante puis dans la vie active une fois diplômée, la réalité du terrain m’a été déplaisante. Je n’y trouvais pas les jolies théories en dentelles vues à l’école. J’y voyais des contraintes budgétaires, des équipes épuisées et démotivées, une reconnaissance inexistante de la société (« Il ne faut pas un bac +3 pour changer des couches.» ) et des besoins de l’enfants de moins en moins pris en compte. Et pourtant, ce n’est pas faute d’avoir cherché. J’ai exercé en multi-accueil, en RAM, en crèche familiale, en crèche collective associative, en pouponnière et en MECS (Maison d’Enfants à Caractère Social).

Mon sens personnel de l’éthique, ma volonté de m’engager et mon fort caractère engendraient plus de conflits que de solutions. J’ai alors choisi de m’installer en tant qu’assistante maternelle, en colocation avec une collègue EJE qui partageait les mêmes principes pédagogiques que moi. En pratique auprès des enfants, c’était génial. Niveaux salaires et rythmes de vie, c’était plus compliqué.

La vie suivant son cours, j’ai fondé ma propre famille. La naissance de ma fille a été l’opportunité qu’il me manquait pour réfléchir à une nouvelle manière d’aborder mon métier, si vaste pouvait-il déjà être ! Je suis devenue créatrice, et tellement d’autres choses.

Niveau artisanat, je dessine mes modèles et je les produis manuellement. Je m’inspire de mes connaissances théoriques et surtout de mes observations du terrain. En tant que maman, j’ai encore plus été confrontée à l’inaccessibilité d’un matériel qui me semblait adapté. Ce que je cherchais était soit excessivement cher soit carrément inexistant. J’ai alors commencé à remonter mes manches pour ma fille. Une fois le mécanisme lancé, proposer mes créations au public est devenu une évidence. Je ne devais pas être la seule à ne pas trouver ce que je cherchais : du bio, du local et surtout des produits vraiment adaptés aux besoins de l’enfant.

Éveil & Coton, c’est aussi devenu un support d’expression, pour moi, et pour d’autres. Cette diversité d’approches et de partages et cette volonté de voir large n’ont pas fait de moi une éducatrice reconvertie. Je suis devenue une éducatrice affirmée, et libre.

#eje #éducateur #éducateurdejeunesenfants #liberté #reconversion #métier #travail #emploi #création #artisanat

  • Facebook
  • Twitter
  • La chaîne YouTube Eveil & Coton
  • Instagram

© 2020 par Eveil & Coton. Créé en 2016 avec Wix.com

RM et RCS de Colmar - SIREN 828 339 333