Dodo, l’enfant do. L’enfant dormira bientôt…


VOICI UN VASTE SUJET QUI A TARAUDÉ BIEN DES MÉNINGES ET FAIT VERSER BEAUCOUP D’ENCRE : LE SOMMEIL DE L’ENFANT.


C’est un sujet tellement vaste et complexe que vous trouverez nombre d’informations se contredisant. A y perdre son latin, et parfois même espoir.

Si, si ! Espoir ! Car quand son enfant refuse de “faire ses nuits” pendant des semaines, des mois et même des années, c’est parfois très difficile à vivre.

Et vous savez ce qui est le plus dur ? C’est de lire dans des bouquins ou dans des articles, qu’un enfant de tel âge, il doit dormir tant d’heures !

Comme ça, en plus d’être crevé(e), vous vous sentez mal en pensant que votre enfant n’est pas normal et qu’il a juste décidé de faire de vous un zombie.

Personnellement, je suis une petite dormeuse insomniaque. Enfin, ça, c’était avant d’être maman. Maintenant, je pourrais même squatter un bout de trottoir pour piquer un roupillon. Ouais, c’est peut-être drôle, là, comme ça, sauf que ma fille a 3 ans et qu’elle n’a jamais vraiment dormi ! C’est tout de suite moins fun…

Tout ça pour dire que tout être humain est différent. Si certains ont besoin de beaucoup dormir, d’autres au contraire font le plein très rapidement. Et c’est comme ça. Votre enfant ne rentrera pas dans un moule parce qu’il le “faut”.

Evidemment, il est bon de connaitre quelques petites choses générales et des astuces qui aident à mettre l’enfant en situation de sommeil. Mais rien ne changera votre enfant. Rien.

Rassurez-vous, un jour, il sera grand. Et bien plus tôt qu’on ne le voudrait, finalement.

LE LIEU DE SOMMEIL

Cododo, chambre séparée… C’est à vous de choisir. Il n’y a vraiment pas de règles.

Juste quelques évidences de sécurité :

  • En cas de cododo, attention aux risques d’écrasement et d’étouffement. Il existe des lits à accoler au vôtre qui évitent ce genre de problème.

  • Attention aux tours de lit ! A ce jour, il n’existe aucun système sûr de tour de lit. Selon les recommandations en vigueur, ils augmenteraient les risques de mort subite du nourrisson, par asphyxie. Les nourrissons ont un besoin naturel de fouissement (qui est même un réflexe archaïque !). C’est à dire qu’ils cherchent à coller leur visage sur une surface.C’est d’ailleurs pour ça que nos coeurs de parents nous forcent à installer des tours de lit… Parce que leur petit nez écrasé sur les barreaux, ça nous fend le coeur. Bref, je ne peux que vous conseiller d’éviter.

  • Tout comme les tours de lit, on déconseille les couettes et autres couvertures. Un bon pyjama et une turbulette adapté, et le tour est joué ! Ma fille a eu une couette vers 2 ans. Quand le moment sera venu, nul doute que vous le saurez aussi !

  • La température ne doit être ni trop froide, ni trop chaude. A vous de trouver votre juste milieu. Les recommandations la fixent à 19°. Chez moi, c’est 20° pour ma fille et 18° pour moi.


LE FAMEUX RITUEL DU COUCHER

Qui dit rituel dit répétition. Il faut reproduire autant que possible tous les soirs la même chose, pour instaurer un répétition quotidienne rassurante.

Le contenu n’appartient qu’à vous.

Je pense que le plus important, c’est d’instaurer un moment calme de complicité. Rien ne vous oblige à raconter une histoire.

Vous pouvez tout aussi bien écouter de la musique douce en faisant un câlin ou vous racontez des choses (ce que vous avez particulièrement aimé dans votre journée, ce que vous aimeriez faire demain, etc…).

LE DOUDOU

Dans le jargon professionnel, on l’appelle “l’objet transitionnel”. Il aide, comme son nom l’indique, à la transition. Et pas n’importe laquelle, évidemment. Le doudou, il accompagne l’enfant lors des étapes de séparation : quand papa ou maman va s’absenter. Il représente alors un objet rassurant, sur lequel il peut reporter son besoin de sécurité affective.

Tous les objets transitionnels ne sont pas des peluches. Certains enfants choisissent par exemple de sucer leur pouce pour s’apporter du réconfort. Il est inutile de choisir vous-même une peluche qui le suivra depuis sa naissance. Il y a peu de chance que ce soit celui-là qu’il décide d’investir quand le besoin se fera sentir. L’enfant a une aptitude merveilleuse à trouver tout seul ce qui lui convient : une peluche, un tissu, un bout de coton, un pouce ou autre doigt… Le choix est large !

Evidemment, ce doudou investi par l’enfant a un rôle important dans l’endormissement. Car s’endormir, c’est aussi se séparer.

QUAND Y RETOURNER..?

ça y est, rentrons dans le vif du sujet… Là, comme pour tout le reste, vous trouverez de nombreuses écoles. Je pense les avoir (presque) toutes essayé.

Et la seule chose que je peux vous assurer, c’est qu’il n’y a aucune recette miracle.

Les dernières études montrent que laisser pleurer un bébé n’est jamais une bonne chose : ce serait même vraiment néfaste d’un point de vue neurologique.

Catherine Gueguen, pédiatre, explique dans son ouvrage “Pour une enfance heureuse” : « Sous l’effet d’un stress sévère et répétitif, le cortisol secrété a des effets toxiques pour leur cerveau, très malléable, ainsi que sur le développement des neurones, leur myélinisation, la formation des synapses, etc. Leurs capacités d’apprentissage et de mémorisation sont ensuite minorées, l’âge de raison peut être retardé ».

Alors, que faire..?

Premièrement, apprendre à vous connaître. Un tout-petit ne pleure jamais sans raison, mais elles peuvent être diverses et variées. Plus votre enfant grandit, plus vous comprenez ces pleurs. Vous les différenciez, même. Ceux de la colère, de la fatigue, de la douleur, de la peine…

Puis, on apprend à s’adapter. Et on accepte de s’épuiser. Car oui, ça fait parti du rôle de parent, et pas que les premières années. On passera leur vie à s’épuiser. Autant s’y habituer !

Evidemment, il vaut mieux laisser pleurer son bébé un instant pour souffler que de perdre sa bienveillance. Et ça peut arriver plus vite qu’on ne le croit, tout bien préparés puissions-nous être.

Quand l’enfant grandit, il apprend à gérer ses émotions. Il a de moins en moins besoin de nous pour se rassurer et s’endormir.

Certains bébés ont cette aisance très tôt, et d’autres très tard. C’est comme ça.

Ma fille a encore régulièrement besoin de moi pour se rassurer la nuit. C’est comme ça.

Quand la fatigue se fera vraiment sentir, demandez de l’aide. Au papa, aux grand-parents… Pour une nuit, une sieste, un temps de repos rien qu’à vous. Et puis, ça repart !

#sommeil #endormissement #rituel #coucher #dodo #doudou #objettransitionnel #nuit

  • Facebook
  • Twitter
  • La chaîne YouTube Eveil & Coton
  • Instagram

© 2020 par Eveil & Coton. Créé en 2016 avec Wix.com

RM et RCS de Colmar - SIREN 828 339 333