Regard scientifique sur le sommeil


Le sommeil est un état dans lequel nous passons environ le tiers de notre vie. Il fait partie des fonctions vitales de l’organisme comme la respiration ou la digestion.


Au niveau du cerveau, pendant le sommeil lent, l’activité se ralentit de plus en plus au fur et à mesure que le sommeil s’approfondit.

Au niveau du corps, il en est de même avec une diminution progressive des principales fonctions de base de l’organisme : le pouls et la respiration se ralentissent, la tension artérielle, le tonus musculaire, la température corporelle baissent.

Des travaux récents suggèrent que le sommeil permet de maintenir les connexions entre les neurones (synapses), consolidant ainsi la mémoire innée (comme celle du chant de l’oiseau) et la mémoire acquise (comme celle des leçons).

Dès le plus jeune âge, nous observons deux grands types de sommeil, profond (calme) et agité. Ils deviendront respectivement lent et paradoxal chez l'adulte.

Au cours de l’enfance, l’augmentation de la densité de ces connexions dans certaines régions du cerveau (cortex frontal) est proportionnelle à la quantité de sommeil profond, ce qui suggère que celui-ci jouerait chez l’enfant un rôle décisif dans la maturation du cerveau. Le sommeil paradoxal fournirait un stimulus interne favorisant le développement du cerveau.

On estime que le sommeil est impliqué dans la croissance chez l’enfant, comme dans la réparation des muscles, de la peau et des os chez l’adulte, parce que l’hormone qui commande ces processus, l’hormone de croissance, est sécrétée essentiellement au cours du sommeil profond. On a d’ailleurs observé des nanismes dits psychogènes chez des enfants dont le sommeil était réduit ou altéré.

Le sommeil est également un temps privilégié de la constitution de l’immunité.

ENVIRONNEMENT

Les conditions qui peuvent influencer un bon endormissement et un bon sommeil sont : une température à 19 ° C, l’orientation de la chambre, l'éclairage, l'aération (plusieurs fois par jour), le revêtement des murs et du sol, la décoration, l'ambiance sonore…

RYTHMES

Le rythme biologique de chacun repose sur l'alternance de l'état de veille à l'état de sommeil. Il assure l'équilibre physique et mental de l'enfant. A la naissance, aucun repère spacio-temporaire et biorythme n'est pas encore organisé. Le rôle de la mère est de répondre de façon adaptée aux besoins de l’enfant afin de respecter le bien-être au travers de son sommeil et de ses activités. Le rythme de l’enfant varie en fonction de son âge, de son temps de sommeil (fait d’une succession de cycle de sommeil de 2 heures environ.).

DURÉE DU SOMMEIL (en moyenne)

De la naissance jusqu’à 2 mois, le cycle dure 50 minutes et est composé d’une période d’endormissement suivis d’un sommeil agité et d’un sommeil calme.

A partir de 6 mois jusqu’aux 2 ans de l’enfant, le cycle de sommeil se rallonge jusqu’à 70 minutes. Il est constitué d’un sommeil lent léger accompagné d’un sommeil lent profond ensuite et pour finir d’un sommeil paradoxal où l’enfant se réveille, ouvre les yeux et peut se rendormir. Le sommeil lent profond permet la récupération de la fatigue physique par la sécrétion d'hormone de croissance. Le sommeil paradoxal quant à lui, est important pour la maturation du cerveau. C'est la période des rêves, il permet de garder l'équilibre physique.

A la naissance, le bébé dort de 17h à 20h par jour.

A 6 mois, le tout petits réalise 3 siestes de 1h30 à 2h.

A un an, l'enfant fait deux siestes ; une première le matin suivis d'une seconde après le déjeuner.

A 2 ans, il ne fait plus qu’une sieste journalière de 1h30 à 2h l’après-midi.

A partir de 3 ans, l’enfant effectue une sieste de 1h à 1h30 l’après-midi. Le temps de siestes se réduit petit à petit.

De 3 à 6 ans, son sommeil est de 11 à 12h avec une sieste jusqu'à 4 ans.

Attention à prendre ces normes avec précaution. N’oubliez jamais que chaque enfant est différent, comme tout être humain. Il y a des petits dormeurs et des marmottes. Quand les meilleures conditions sont réunies, il faut parfois juste admettre que l’enfant dort peu.


TROUBLES ET DIFFICULTÉS

Les troubles du sommeil sont fréquents chez les tout petits :

  • Les troubles de l'endormissement,

  • Les cauchemars. Les cauchemars sont des mauvais rêves que l’enfant peut rapporter à son entourage. Il est capable d’en faire un récit, s’en souvient. Ils sont ordinaires.

  • La terreur nocturne (éveil partiel brutal pendant la nuit), La terreur nocturne est grave si elle est chronique. Les signes sont un réveil brusque de l’enfant, dans un état comme halluciné. Il ne reconnaît pas son entourage et a une incapacité à élaborer la terreur.

  • Les éveils confusionnels (l'enfant grogne, pleure) ;

  • Le somnambulisme, somniloquie (parler pendant le sommeil),

  • Le bruxisme (grincer des dents),

  • L’insomnie agité : enfant hurle jusqu’à l’épuisement, se réveille agité. Les parents et l’enfant sont épuisés. Les raisons peuvent être une hyperstimulation du bébé, un manque de respect du rythme de l’enfant et une anxiété de l’entourage.

  • L’insomnie calme : le bébé est calme, dans son lit avec les yeux ouverts et ne demande rien.

  • L'hypersomnie est l'endormissement incontrôlable dû à des facteurs d'origine pathologique ou alimentaire. Les insomnies occasionnent, elles, des troubles : fatigues, maux de tête, vertige, manque d'appétit, anxiété.

#sommeil #dormir #endormissement #rythmes

  • Facebook
  • Twitter
  • La chaîne YouTube Eveil & Coton
  • Instagram

© 2020 par Eveil & Coton. Créé en 2016 avec Wix.com

RM et RCS de Colmar - SIREN 828 339 333