• Facebook
  • Twitter
  • La chaîne YouTube Eveil & Coton
  • Instagram

© 2020 par Eveil & Coton. Créé en 2016 avec Wix.com

RM et RCS de Colmar - SIREN 828 339 333

Compositions familiales en Si majeur


LES PROFESSIONNELS DE L’ENFANCE PARTICIPENT AU QUOTIDIEN DES FAMILLES D’AUJOURD’HUI, FLORILÈGES DE DIFFÉRENCES ET DE VARIÉTÉS.

La Famille évolue, suivant son temps. Cela a toujours été ainsi, et cela continuera à être.

Chaque génération se pose de nouvelles questions, persuadée d’avoir elle-même fait un pas en avant dans l’Histoire de la condition humaine.


Quand j’étais petite, mes parents ont divorcé. Banal, de nos jours. Mais à l’époque, c’était hors norme. Si, si ! Et ce n’est pas aussi éloigné que cela dans le temps.

Dans les années 90, j’étais régulièrement la seule de ma classe à connaître le désamour officiel de ses parents. Il n’y avait pas de cases séparées dans les fiches de renseignement, et mon père devait écrire son adresse entre deux lignes.

Certains enfants se moquaient de moi, me montrant du doigt : “tu n’as plus de papa!”.

Stigmatisation que d’autres enfants ont vécu et continuent à vivre à cause d’une différence : surpoids, lunettes, handicap ou autres particularités familiales.

Cela fait malheureusement parti d’une vie d’enfant poussée par la société à la conformité.

De nos jours, le divorce ne questionne plus. Toutes les structures d’accueil s’adaptent parfaitement à cette décomposition familiale, et aux recompositions qui s’en suivent.

D’autres questions demeurent ou surviennent : monoparentalité, homoparentalité, enfant né de GPA (Gestation Pour Autrui), différences culturelles et/ou religieuses…

POSITIONNEMENT PROFESSIONNEL

En tant que professionnel, ce n’est pas notre rôle de porter un jugement ou de se laisser influencer par une opinion personnelle.

Qu’importe les situations familiales des enfants, ils doivent être accueillis sans distinction.

Quand une situation particulière se présente, l’équipe professionnelle adopte un comportement neutre et cohérent. C’est ce qu’on appelle l’éthique professionnelle.

L’ENFANT

L’enfant humain est un être doué d’une faculté d’adaptation énorme. Si ses besoins primaires sont satisfaits, il est capable de composer avec son environnement.

Considérons ces besoins primaires d’un point de vue large, en y incluant les besoins affectifs et pédagogiques. Ceux-ci peuvent être comblés dans toutes les situations familiales, qu’importe la religion ou la filiation biologique.

L’Enfant apprend de ses parents, grand-parents, oncles ou tantes, camarades ou enseignants.

Il observe tous les types d’environnement qu’il rencontre, et fonde son identité en confrontant ses différents constats.

Autrement dit, pour ne citer que deux exemples :

  • un enfant dont les parents sont de fervents pratiquants d’un culte (quel qu’il soit) ne le deviendra pas obligatoirement à son tour.

  • un enfant qui n’a pas de papa ou de maman, ou qui a deux parents du même sexe, ou qui n’en a aucun, ne définira pas sa personnalité uniquement par le genre de son ou ses parents (ou par l’absence de ceux-ci).

Nous sommes tous influencés par nos familles, mais nous n’en demeurons ni tributaires ni conditionnés.


LA DIFFÉRENCE

Ce n’est généralement pas la différence qui est cause de souffrance pour un enfant (et pour l’adulte également), mais la stigmatisation que les autres choisissent d’en faire.

Quand on accepte de réfléchir avec neutralité, il devient même évident que toute différence peut être source d’apprentissage et de partage. La différence devient une gêne quand la peur guide la pensée.

Les professionnels de l’enfance ont un rôle très important dans cette reconnaissance de la différence comme source de variété. Le lieu d’accueil collectif est un environnement d’apprentissage pour l’enfant, comme son cercle familial. Il l’accompagne vers une vision globale de la société.

Réfléchir à la différence sous toutes ses formes en tant que professionnels relève donc autant de l’éducation sociale que de nos envies d’évolution pour notre monde.

#différence #parentalité #homoparentalité #monoparentalité #familles #éducationsociale