Nouvelles obligations vaccinales : progrès sanitaire ou régression des droits ?


Le nouveau gouvernement n’a pas tardé à intervenir dans le domaine de la santé, en rendant obligatoire pour 2018 onze vaccins, au lieu des trois jusque là.


Cette mesure, tombant en plein été et ses départs en vacances, suscite une grande polémique.

Professionnels de l’enfance, parents, scientifiques : tous ont un avis et chacun se contredit.

Tout comme lors de notre enquête sur l’Uvéstérol D (Vitamines, fluor et autres supplémentations : que savons-nous vraiment ?), il est très difficile d’obtenir une vérité.

Ce débat, souvent virulent, oppose de nombreuses théories : profits des laboratoires pharmaceutiques, importance sanitaire, non-respect des droits du patient, meilleure protection des enfants, conflit d’intérêt ou même complot… Vous pouvez trouver de tout.

Chez Eveil & Coton, personne n’est médecin. Nous sommes professionnels de l’enfance et/ou parents, et en ces qualités, nous sommes en droit de nous poser des questions. Peut-être voudriez-vous vous en poser avec nous…


Pourquoi la vaccination en général fait-elle polémique ?

Personne ne peut revenir sur le prime intérêt du vaccin : protéger et mieux guérir. Des millions de vies ont été sauvées depuis son invention, et ceux osant prôner l’Anti-Vaccination ABSOLUE semblent oublier ce fait.

Ce qui suscite le questionnement (et la crainte, osons le dire), ce n’est pas LE vaccin, mais LES vaccins et leurs composants.

Les vaccins contiennent diverses substances, notoirement toxiques même à faibles doses comme le formaldéhyde (cancérigène), le mercure (neurotoxique), l’aluminium (neurotoxique) ou le phénoxyéthanol.

Les relations légales de cause à effet sont très difficiles à produire, et de nombreuses actions sont en cours, notamment sur les vaccins contre l’hépatite B (Sclérose En Plaques, myofasciite à macrophages et lésions hépatiques), contre la grippe H1N1 (narcolepsie) ou encore contre le papillomavirus ou le cancer cervical (effets secondaires graves divers).

Rapport bénéfices/risques

Les scientifiques eux-mêmes n’arrivent pas à chiffrer ce rapport entre les bénéfices de la multi vaccination et les risques encourus par les effets secondaires.

Nul doute que certains vaccins soient très importants, mais le sont-ils tous au point d’être obligatoires ?

En plus de chercher et de croiser diverses sources, j’ai trouvé intéressant d’interroger la communauté. Un argument pro-vaccin est récurrent : Pasteur a pris le risque, et il a eu raison. Oui, mais le rapport entre les risques et les bénéfices à l’époque sur la maladie de la rage était vraiment concret !

Une mode anti-tout ?

Ces derniers temps fleurissent partout des mouvements “anti”. Anti-lait de vache, anti-pub, anti-viande, anti-tout ! Libre évidemment à chacun de refuser ce qui lui déplait. Mais cette polémique sur la vaccination découle-t-elle de cette mode ? Pas sur. Il y a quand même un grand nombre d’études sérieuses qui alimentent la méfiance.


La population vaccinée protège-t-elle celle qui ne l’est pas ?

Oui et non.

Qu’une forte partie de la population soit vaccinée limite forcément la circulation d’une maladie.

Elle ne l’abolit pas pour autant et ceux qui ne sont pas vaccinés (tout comme ceux qui le sont mais à moindre mesure) peuvent être touchés.

Et les droits du patient ?

La loi prévoit (Article L1111-4 du Code de la santé publique) que le patient (ou son tuteur s’il est mineur) peut refuser tout acte médical.

L’obligation vaccinale va-t-elle à l’encontre de cette loi ?

Des vaccins étaient déjà obligatoires, et peu les trouvaient en opposition avec les droits du patient (en tout cas pas autant que depuis “l’annonce des 11”).

Cependant, édicter une nouvelle réglementation qui fait plus que tripler l’ancienne obligation sans ouverture au débat populaire, cela a de quoi irriter. Appelons un chat un chat : peu de lois populaires sont promulguées en période estivale…


Les portefeuilles des laboratoires

Quand on réfléchit un peu, sur ces onze vaccins ou sur la santé en général, il est facile de douter de la bonne volonté des laboratoires pharmaceutiques.

Que nous soyons pour ou contre cette réforme, nous pouvons tous affirmer que cela va bien garnir leurs comptes, déjà opulents.

Le gouvernement mise-t-il sur un double effet Kiss-Cool, bénéfiques pour la population et pour le marché pharmaceutique ?

Le droit d’avoir le choix

Protéger (ou le vouloir), c’est bien. Respecter les convictions de chacun, c’est encore mieux !

Il est de toute évidence important de réglementer la vaccination, et d’en imposer certains. Faut-il cependant en imposer onze, sans donner la possibilité à la population de choisir ? Le Ministère de la Santé prévoit déjà la possibilité d’obtenir des dérogations pour certaines familles.

Faut-il vraiment compliquer la prise de choix en une démarche juridique que seuls certains se permettront ?

Sources :

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006072665&idArticle=LEGIARTI000006685767

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/09/16/les-vaccins-sont-ils-vraiment-dangereux-pour-la-sante_4998681_4355770.html

http://www.20minutes.fr/sante/1940087-20161012-vaccins-nouveau-livre-danger-aluminium-ravive-polemique

https://www.santenatureinnovation.com/danger-vaccin-enfants-vaccination-dangereuse/#e751sEl3yyfd70cq.99

#vaccins #santé #droits #santépublique #lois #réglementations

  • Facebook
  • Twitter
  • La chaîne YouTube Eveil & Coton
  • Instagram

© 2020 par Eveil & Coton. Créé en 2016 avec Wix.com

RM et RCS de Colmar - SIREN 828 339 333