• Facebook
  • Twitter
  • La chaîne YouTube Eveil & Coton
  • Instagram

© 2020 par Eveil & Coton. Créé en 2016 avec Wix.com

RM et RCS de Colmar - SIREN 828 339 333

Idée reçue n°1 : Il y a des jouets pour fille et des jouets pour garçon...



C’est tout aussi faux que de dire qu’il y a des activités pour femme et d’autres pour homme.

Nous sommes arrivés à genrer certains actes ou certaines situations par conditionnement. Pour preuve : il y a 10 ans, 100 ans ou 1000 ans, les us et coutumes étaient totalement différentes.

De nos jours, nous sommes partagés entre un reliquat de conditionnement religieux, des pensées libertaires des années 70 et des aspirations pour les temps futurs, où l’individu pourrait exister simplement par ce qu’il est, et non par ce qu’il devrait être.

Cela fait quelques années que le cloisonnement entre le monde ludique des petites filles et celui des petits garçons tend à disparaître. Cependant, les habitudes ont la dent dure !


Pour comprendre plus précisément pourquoi il n’y a pas de jouets pour garçon et d’autres pour fille, il suffit de se poser une unique question : à quoi sert le jeu chez l’enfant ?

Le jeu (et donc les jouets) est un outil d’apprentissage, ni plus, ni moins. Par son biais, l’enfant s’approprie le monde et les règles qui le régissent.

Jouer à la poupée, pour l’enfant, ce n’est pas uniquement faire semblant d’être un parent miniature. C’est aussi (et surtout) un moyen de recourir à des gestes habituellement pratiqués sur le lui, pour lui ou devant lui. D’un spectateur “passif” qui “subit” un change, un bain ou un repas, l’enfant devient acteur et maître du jeu. Il s’approprie ces gestes, les décortique, les analyse, les détourne… Bref, l’enfant explore. L’enfant apprend.

Nous aurions tort de croire que les apprentissages de la vie se font de manière linéaire, comme nous nous efforçons depuis plusieurs générations à comprimer l’instruction dans des manuels scolaires.

Mémoriser ne suffit pas à comprendre. La compréhension est un mécanisme complexe ; comme des couches superposées de notions, qui s'entrelacent et se quittent, se trompent et se retrouvent. Ces strates sont composées d’expériences, d’expérimentations, de savoirs, de transmissions, d’autodidactie…


Bien d’autres points pourraient être soulevés, et il faudrait plus d’un livre pour tous les aborder.

Un dernier m'interpelle (peut-être un peu plus que les autres) : nous entendons souvent qu’un petit garçon jouant à la poupée pourrait voir sa sexualité orientée (ou une petite fille aux voitures...). Vulgairement, qu’il serait plus prompt à “devenir” homosexuel.

Je reconnais trouver cela triste, de devoir utiliser mes neurones à réfléchir sur l’absurdité de cette précédente hypothèse. Je comprends mal que, en 2018, avec tout ce qu’il nous reste à faire pour construire demain, nous perdions autant de temps à défendre des sujets qui ne devraient pas l’être.

Je vais donc paraphraser le texte d’une image devenue virale sur le net : Que risquez-vous à laisser votre fils jouer à la poupée ? Qu’il devienne un bon père ?

#genre #sexualité #fille #garçon #jeux #jouets #imitation