Chronique d'un poulailler urbain - semaine 2


Pour tenir compagnie à nos deux poules, nous avons adopté ce 1er mai 3 adorables poussins (de 4 jours).

Nous avons décidé de partager avec vous les grandes étapes de leur vie, dans une petite chronique.



Cinq jours à la Maison Coton - 10 jours de vie


Voilà maintenant 7 jours que nos trois jeunes poussins vivent au coeur de notre salon.

Comme vous pouvez le voir : ils se portent à merveille !

Nous nous sommes tous rapidement habitués les uns aux autres. Ils ont ainsi trouvé leur place dans notre routine quotidienne.


La responsabilité des soins

Léane, 5 ans, commence sa journée par son petit-déjeuner, puis par celui des poussins. Elle les nourrit d'elle-même avec plaisir chaque matin, en leur demandant s'ils ont passé une bonne nuit.

Avoir un animal de compagnie, qu'il soit à plumes, à poils ou à écailles, c'est une source de responsabilités.

La notion de responsabilité est très abstraite à appréhender pour les enfants. Prendre soin d'un animal, dans la régularité, avec les avantages ET les inconvénients, c'est rendre cette notion concrète, avec un impact dans le réel.

Inutile de vous dire que l’adoption d'un animal ne doit pas être motivée par l'unique leçon des responsabilités ! Ce n'est qu'un aspect parmi tant d'autres.


L'écuelle de grains des poussins est remplie régulièrement dans la journée, afin qu'elle ne soit jamais vide. Nous la remplissons donc tous à un moment ou à un autre.

Changer l'écuelle d'eau est un peu plus complexe. Il faut la sortir (sans renverser) par la petite trappe, aller dans la cuisine, la nettoyer, la remplir, et la rapporter dans la cage. Bref, c'est encore un peu ardu pour Léane, mais nous tenterons l'exercice prochainement.

Et exercice cela est ! Tant sur la motricité globale que fine.


L'apprivoisement

Comme nous vous l'avons confié dans la première chronique, avoir des poules, à nos yeux, c'est avoir de véritables animaux de compagnie, que nous affectionnons tout autant que nos boules de poils.

Nous cherchons donc à établir avec nos poussins une relation de confiance et de respect.


Qu'ils sont mignons, n'est-ce pas ? Il est tellement tentant, dans nos instincts de mammifère, de les cajoler et de les câliner.

Et pourtant... Nous nous en abstenons ! Avez-vous déjà vu une poule porter ses poussins ? Non. Elle s'en occupe à sa manière de maman poule, par la chaleur de son corps et de ses ailes. Elle leur apporte une protection "par le dessus".

Pour créer un contact avec eux, il nous suffit de poser une main dans la cage. ils s'en approchent, grimpent et tâtent du bec cette nouvelle texture. Lorsque l'on décolle la paume du fond de la cage, ils se glissent sous notre main, comme ils le feraient sous l'aile d'une poule.

Nous prenons donc grand soin de respecter leurs besoins, et non uniquement les nôtres.

Il est bien là, le respect. Et il est mutuel.

Seule entorse : lorsque nous effectuons le changement de litière. Je suis alors obligée de les porter un bref instant, jusqu'à les déposer dans une petite caisse.

Je n'en profite cependant pas pour éterniser le moment, égoïstement. Je m'estime chanceuse de cet instant fugace, et j'offre une caresse à mon chien ou à mon chat si tel est mon besoin.


A venir dans la prochaine chronique : des informations et observations plus "biologiques", pour aborder avec les enfants l'aspect scientifique de ce centre d'intérêt.


Qu'est-ce qu'un "centre d'intérêt" ? Voici un article de notre Blog qui en parle : " Le centre d'intérêt : proposer à l'enfant ce qui suscite sa curiosité".

  • Facebook
  • Twitter
  • La chaîne YouTube Eveil & Coton
  • Instagram

© 2020 par Eveil & Coton. Créé en 2016 avec Wix.com

RM et RCS de Colmar - SIREN 828 339 333