Le plaisir au service de la mémoire.


La mémoire, cette merveilleuse mécanique d'archivage du cerveau, fonctionne avec une efficacité variable selon le contexte, l'environnement et les ressentis.

Est-il possible d'optimiser ses capacités ?


La mémoire : un archivage personnel unique.

La mémoire, c'est l'enregistrement de données à court, moyen ou long terme.

Pour enregistrer une donnée, le cerveau la décompose en fonction de ses détails : forme, goût, couleur, utilité, émotions, etc.

Par exemple, pour mémoriser la donnée "poisson rouge", le cerveau va la ranger dans les boîtes mémorielles "couleur rouge" - "animal" - "eau" - "taille" - "famille" - "joie", etc. , selon le contexte de rencontre.


L'émotion au centre de la mémoire

Plus les émotions associées à une donnée sont fortes, plus l'enregistrement dans la mémoire est durable.


Les émotions négatives poussent principalement à la mémorisation des détails négatifs.

Si une expérience provoque de la peur, les détails effrayants seront automatiquement enregistrés de manière durable, tandis que les détails secondaires ne le seront que peu, voire pas du tout.


A contrario, les émotions positives renforcent la mémorisation des détails.

Les détails alimentent les souvenirs positifs et les souvenirs positifs appuient les détails dans le long terme.


Le plaisir, la diversité et la mémorisation durable.

Le cerveau enregistre donc une donnée dans plusieurs boîtes, conditionnées par les émotions associées.

Une donnée associée à des émotions positives est enregistrée de manière détaillée (dans de nombreuses boîtes) et durable.

Le plaisir est alors un véritable levier, facilitant l'enregistrement d'informations variées à long terme.


C'est pour cette raison que les enfants apprennent tant et si vite : ils jouent pour apprendre !

Favoriser, accompagner et guider les jeux de l'Enfant revient donc à faciliter ses apprentissages.


Apprendre en jouant

Offrir une expérience de jeu riche et positive à l'Enfant, c'est lui assurer de nombreux apprentissages durables.


Jouer au (à la) marchand·e, c'est compter, parler, bouger, comparer, observer, se concentrer, partager, se souvenir, associer... Le tout dans un contexte émotionnel favorable à une mémorisation à long terme.


Le jeu n'est pas uniquement à associer aux jouets. C'est avant tout d'appréhender une activité de manière ludique et amusante !

On peut faire des crêpes, ou faire des crêpes en comptant, mesurant, pesant, parlant des produits, décrivant les réactions chimiques, avec bonne humeur.


Finalement, le Jeu, c'est une philosophie de vie qu'il ne faudrait jamais perdre !


0 commentaire