Vous avez dit "retraite" ?


Retraite... Ce mot star des médias pour les jours à venir.

Retraite... Cette réforme aux points (poings ?) qui argue de supprimer les régimes "spéciaux".

Comment ne pas dire non ? Comment ne pas dire STOP ?


Qu'est-ce qu'une éducatrice reconvertie dans le commerce peut-elle avoir à dire au sujet du système des retraites ? Beaucoup de choses...!

Citoyenne, professionnelle du Social, commerçante proche des familles, je fais les mêmes constats que vous : nos acquis nous sont tout bonnement volés, au nom du "bien commun".


Nos acquis sociaux, gagnés par la sueur et le sang de nos ainés, nous filent entre les pattes, dans un sillon de culpabilité non-dissimulé ! L'argent manque : c'est au peuple de payer.

C'est donc de notre faute si les caisses sont vides, et certains arrivent même à y croire.

Les "géants" des capitaux n'ont jamais été aussi obèses, mais c'est aux petites gens, qui consomment, eux, de sacrifier le peu qu'ils ont.


Est-ce donc alors véritablement la réforme de M. Delevoye qui pose problème ?

C'est surtout une grogne générale contre toute les politiques d'austérité imposées par nos gouvernements successifs qui s'exprime depuis plus d'un an chez les Français.

Le constat est clair et sans appel : ce sont toujours les mêmes qui trinquent !

Retraite ? Le mot fait rire (jaune) de nombreux trentenaires comme moi, qui pensent que nous payons surtout les retraites actuelles et que nous n'en bénéficierons jamais. Il ne faut pas se leurrer. Le monde est à l'agonie, et il y a peu d'espoir que les systèmes actuels perdurent encore longtemps.

Guerres, cataclysmes météorologiques, épidémies... A quelle sauce serons-nous mangé ?


Les contestataires et autres militants écologistes passent encore pour des "allumés", même si le thème est devenu "hype". Tous les signaux sont pourtant écarlates.

Greta, haute de 16 printemps, fait la une du Time, élue personnalité de l'année. Souffle d'espoir pour les générations à venir ou tintamarre médiatique bon à "faire du chiffre" ?


Faut-il donc s'inquiéter des retraites, alors que nous ne sommes même pas surs d'avoir un demain ?

Hôpitaux, accompagnement des personnes dépendantes, éducation... Tout dégringole, et si peu s'en alarment !


La fin des privilèges a en effet sonné, mais ils n'ont en rien à voir avec la SNCF (et autres régimes dits "spéciaux").

Les vrais privilégiés sont ceux qui bénéficient à moindre effort de notre labeur à tous.

Ces multinationales de capitaux, misant sur la famine ou la guerre, qui cherchent toujours à gagner plus en donnant moins : ce sont elles les cibles à abattre.

Ce sont elles les éminences grises qui tiennent les ficelles des marionnettes faisant office de politiciens décisionnaires de notre sort commun.


Ayez le courage de dire NON, car tôt ou tard, nos enfants nous demanderont des comptes.

  • Facebook
  • Twitter
  • La chaîne YouTube Eveil & Coton
  • Instagram

© 2020 par Eveil & Coton. Créé en 2016 avec Wix.com

RM et RCS de Colmar - SIREN 828 339 333